Assurance vie : combien je vais toucher ?

Disposer d’une assurance vie est non seulement un investissement, mais aussi une précaution afin de continuer à prendre soin de ses proches après le décès. De nombreuses personnes souhaitent savoir combien ils vont toucher en termes d’assurance vie. À longue échéance, le rendement d’une assurance vie permet-il de garantir l’avenir de la famille ? Trouvez la réponse ci-dessous !

Comment fonctionne une assurance vie ?

Pour souscrire à une assurance vie, il faut payer des primes, ainsi que des frais. Ces primes sont investies par l’assureur pour obtenir des intérêts, dont le taux dépend en fonction du support sélectionné : unités de compte, euros ou multisupports.

A voir aussi : Comment s’effectue la rhinoplastie à Marseille ?

En choisissant l’euro comme fonds (fonds Sécurité), vous avez la garantie que l’intérêt perçu est pareil que celui annoncé. En effet, vous ne risquez pas une perte financière liée à vos paiements ou apports. Votre mise ainsi que les intérêts calculés selon le taux annoncé seront récupérés. Bien que le risque soit nul, les profits d’un contrat d’assurance vie mono-supports sont plus avantageux que celles des livrets d’épargne. Dans les meilleures périodes, l’écart entre les 2 types de contrats d’épargne peut être d’environ 1 %.

Le contrat de ce type d’assurance prend fin au délai fixé lorsque le souscripteur est vivant ou décédé. C’est donc le bénéficiaire mentionné dans l’accord qui récupère le capital. Il est aussi possible de faire un retrait d’argent avant que le contrat arrive à son terme.

A voir aussi : Sevrage tabagique : quelle est la meilleure méthode pour arrêter de fumer ?

Ce qu’il faut savoir sur le versement des primes

Le souscripteur a plusieurs choix pour verser ses primes :

– Paiement unique

– Paiement périodique

Paiements périodiques fixes

C’est le contrat qui établit le montant ainsi que la période pour le paiement des primes. Si, dans les 10 jours qui suivent la date échéance, aucun paiement des primes n’est effectué, votre assureur est en mesure de vous envoyer une lettre recommandée avec AR.

Si, dans les 40 jours suivant l’envoi de la lettre, aucun paiement n’est toujours pas effectué, votre assureur peut entamer une résiliation du contrat en cas d’absence ou par manque de valeur de rachat. La compagnie d’assurance peut aussi maintenir le contrat en réduisant les garanties. Cependant, cette alternative n’est possible que lorsque l’assuré a versé des primes pendant 2 ans ou au minimum 15 % des primes.

Paiements libres

L’assuré effectue le paiement des primes selon ses possibilités d’épargne dont le montant minimal est défini lors du contrat.

Paiements uniques

Ce type de versement de primes s’effectue en une seule fois lorsque l’assuré se souscrit.

Comment procéder au calcul de la rémunération d’une assurance-vie ?

La procédure de calcul de la rémunération d’une assurance-vie s’effectue de la même manière que pour un salaire, c’est-à-dire en net et en brut. Il faut donc prendre en considération le montant qu’elle génère, mais aussi les AGIOS qui y sont liés tels que les frais pour la gestion ou encore les pourcentages d’intérêts. Afin d’obtenir le montant de la rémunération d’une assurance-vie, il faut soustraire les frais liés à la gestion à la somme acquise.

La date à laquelle a eu lieu la souscription, ainsi que les modalités spécifiques à l’assurance-vie sont à inclure dans votre calcul. Pendant l’opération, il faut se renseigner sur les divers pourcentages qui y participent. Une assurance-vie envisage toujours un taux garanti minimum afin de vous mettre en confiance. Le pourcentage de rémunération ou TMG minimum est établi par la loi. Effectuer une comparaison entre les compagnies d’assurance pour disposer d’un taux avantageux ne servirait donc à rien. Ceci dit, un pourcentage minimum plus élevé que le TMG peut être proposé par votre assureur.

En matière d’assurance-vie, certains assurés ne connaissent pas le TMG. Il est alors conseillé de consulter le taux moyen des emprunts d’État ou TME, dont le calcul est effectué par la Caisse des dépôts et consignations de manière mensuelle. Pour disposer du TME obtenu, les souscripteurs peuvent consulter le taux moyen des emprunts d’État des six derniers mois. Il est à savoir qu’un pourcentage minimal garanti à l’année équivalent à 60 % du TME est prévu par le Code des Assurances lorsque l’assurance n’annonce pas celle-ci d’une manière claire.

En 2011, utilisée en 2012, la rémunération de ce type d’assurance doit être d’environ 3 %, si en 2010 elle était de 3,4 %. En proposant un pourcentage de rémunération excédant 3 %, il s’avère que l’assurance-vie se révèle être un investissement très intéressant.

Il est alors évident que la rémunération des assurances vie offre de nombreux avantages. En effet, en souscrivant à une assurance vie, vous avez la possibilité de récupérer la totalité ou une partie du capital que vous avez investi, en cas de nécessité. C’est donc un excellent moyen de faire augmenter votre argent, tout en garantissant qu’il peut subsister un capital pour votre entourage.

Par rapport à d’autres investissements dont la rémunération est intéressante, une assurance vie est exempte d’impôt, si le souscripteur respecte une durée d’investissement de 8 années. Ce qui signifie que ni les plus-values ni les intérêts réalisés ne seront imposés à l’impôt sur le revenu.

Santé