Quels accessoires pour le travail ?

Si chaque métier à ses propres règles, certains ont même des règles vestimentaires très strictes. C‘est sur cet aspect de la vie professionnelle que nous allons nous focaliser au cours de cet article. Quels accessoires de travail porter pour quel type de métier ? Découvrons tout cela plus en détail ci-dessous !

La combinaison

Lire également : Quand se déclarer auto-entrepreneur

Si la tenue correcte est souvent exigée pour les employés de bureau, dans d’autres branches de l’entreprise, le style vestimentaire exigé est tout à fait différent. À titre d’exemple, les agents de nettoyage doivent obligatoirement porter une combinaison ou au moins un tenu propre à eux.

Mais là où la combinaison s’impose, c’est dans les ateliers en tout genre. On peut notamment parler de garage automobile, d’atelier d’ouvrage métallique ou de menuiserie, de peinture, etc. C’est donc un accessoire de travail indispensable pour ceux qui œuvrent dans ce type de cadre de travail.

A lire aussi : Comment calculer le montant de l'Urssaf ?

Mais la combinaison, c’est plutôt pour l’hiver. Pendant l’été, on va plutôt privilégier la Salopette pour Travailler. En plein été, il sera difficile de rester concentré et productif dans une combinaison non ventilée. Après tout, le secret de la productivité est de toujours être à l’aise dans sa peau et dans sa tenue.

Les chaussures

Les chaussures sont aussi très importantes dans le cadre du travail. D’ailleurs, en matière de chaussures de travail, il existe différentes normes qui correspondent chacune à un degré de sécurité précis :

–          S : La lettre « S » sur les chaussures indique qu’il s’agit de modèle conforme à la norme de sécurité EN 20345 qui exige une résistance à l’abrasion, au glissement et la présence d’un embout de protection. Dès lors que cette lettre est présente, la chaussure correspond donc à cette norme même si la lettre est suivie d’autres indications.

–          SB : Cette indication est identique à « S » ce qui signifie que la chaussure est donc conforme à la norme EN 20345.

–          S1 : Cette indication signifie que la chaussure en question est conforme à la norme EN 20345, qu’il dispose de l’indice de sécurité « A » (propriétés antistatiques), de l’indice « E » (absorption d’énergie au talon) et de l’indice « FO » (résistance aux hydrocarbures).

–          S1P : Cette indication n’est nulle autre que la précédente (S1), mais dispose en plus de l’indice « P » (Semelle anti-perforation).

–          S2 : « S1 » plus l’indice « WRU » (tige hydrofuge).

–          S3 : « S2 » plus l’indice « P » (Semelle anti-perforation) et également équipée de semelles à crampons.

–          S4 : « S1 » plus une résistance à l’eau.

–          S5 : « S4 » plus l’indice « P » (semelle anti-perforation).

Pour la résistance à la glisse, les normes sont les suivantes :

–          SRA : Semelle testée sur sol céramique recouvert de détergent et d’eau

–          SRB : Semelle testée sur sol acier recouvert de glycérine

–          SRC : « SRA » plus « SRB ».

D’autres indices de protection peuvent exister, mais ce sont les principales. À vous donc de déterminer quelle norme/indice correspond aux besoins de votre métier.

Le casque

La caque fait aussi partie des accessoires de travail nécessaires pour certains métiers. En fonction du niveau de sécurité exigé, cet accessoire peut être obligatoire ou pas.

En tout cas, si l’on prend l’exemple d’un chantier de construction, le casque est obligatoire pour toute personne entrant dans les périmètres du site. Qu’il s’agisse d’un ouvrier, d’un maître d’œuvre, d’un ingénieur, d’un simple visiteur ou même du grand patron, chacun doit arborer la petite casquette rigide. Dans le cadre de la construction, on peut donc dire que le casque est obligatoire pour tous.

Les lunettes

En fonction du métier et des risques auxquels font face les travailleurs, les lunettes peuvent également être exigées. C’est par exemple le cas d’un ouvrier en métallurgie, en ouvrage métallique, en ouvrage bois, etc. Les peintres doivent également porter une lunette en plus d’un masque de sécurité.

Les gants

Enfin, il y a les gants qui sont souvent facultatifs, mais sont indispensables chez certains professionnels qui manipulent par exemple des objets brûlants ou pouvant potentiellement avoir des effets négatifs sur le corps rien qu’au toucher. Depuis l’apparition de la pandémie du Covid-19, les gants sont aujourd’hui de plus en plus utilisés dans les cadres de travail, mais on parle plutôt de gants chirurgicaux.

Business