Ces voleurs qui ont tenté de neutraliser les ondes des portiques antivol grâce à des feuilles d’aluminium

C’était ce samedi passé au centre commercial Polygone Riviera. Trois Marseillais ont tenté de procéder à un vol à l’étalage en se servant de sacs « blindés ». Ce n’était pas la première fois qu’ils s’adonnaient à de telles pratiques. D’ailleurs, la police a fini par découvrir dans le coffre de leur véhicule, un butin de plusieurs autres vols. L’un des voleurs était un étranger en situation irrégulière. Il a été rapidement rapatrié.

Une scène digne des prestations hollywoodiennes !

C’est le genre de scènes que l’on ne retrouvait d’habitude que dans les films : voleurs… fuite… police poursuivant les suspects… Pourtant, c’est également ce qui s’est passé ce samedi en fin d’après-midi à Polygone Riviera. Dans le centre commercial, 3 voleurs se sont introduits. Il y avait 2 hommes et une femme. Ce n’était pas la première fois qu’ils décidaient de venir « faire leurs emplettes » dans les centres commerciaux de la Côte d’Azur et en particulier dans les magasins de mode. Mais cette fois-ci, ils ont rapidement été repérés, d’abord par les caméras de surveillance, ensuite par l’équipe de vigiles.

A voir aussi : Le nettoyage de parking : une étape indispensable

Pour voler dans les magasins, ces individus avaient l’habitude de se servir de sacs dits blindés. En réalité, il s’agissait de sacs recouverts à l’intérieur de feuilles d’aluminium afin de neutraliser les ondes du portique antivol. Mais cette fois-ci, ils ne sont pas parvenus à aller au bout de leurs projets.

Interpellés par l’équipe de la BAC de Cagnes

Lorsque l’équipe de vigiles est partie à la trousse des voleurs, ils avaient réussi à s’échapper. Ils ont profité de l’affluence pour se faufiler. Mais les caméras de surveillance sont parvenues à repérer leur véhicule et ont identifié leur plaque d’immatriculation. Ils se sont alors fait arrêter par les policiers cagnois, lesquels ont retrouvé dans leur coffre le butin de plusieurs vols qui auraient été effectués à Polygone, ainsi que dans le Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var.

Lire également : Tout ce qu’il faut savoir avant de se lancer dans un projet de captage et distribution d’eau

Si en apparence on avait cru qu’il s’agissait de 3 Marseillais, l’un d’eux était en réalité un étranger qui se trouvait en situation irrégulière qui plus est. La police l’a amené au centre de rétention administratif de Nice pour une reconduite à la frontière et dans son pays d’origine. Pour les 2 autres, ils ont été relâchés, mais avec une convocation TGI de grasse. Ainsi les policiers auront le temps de mener à bien toute l’enquête.

Pratique