Quels sont les symptômes d’une agoraphobie ?

Chaque être humain a la peur de quelque chose : temps, animal, situation, etc. L’une des peurs les plus répandues, l’agoraphobie, est celle de la foule, des lieux bondés, etc. Qu’est-ce donc que cette peur ? Quels sont ces signes ? Comment la traiter ? Retrouvez les éléments de réponse dans cet article.

Agoraphobie : qu’est-ce que c’est ?

L’agoraphobie se présente comme une anxiété en rapport au fait d’être dans un milieu ou dans une situation dans laquelle on aurait de la difficulté à s’échapper ou encore on ne parvient pas à trouver de secours. C’est une anxiété à laquelle on ne s’attend pas et qui favorise des situations particulières telles que la peur d’être seul au dehors de sa maison, au milieu d’une foule, sur un pont, dans une file d’attente, etc.

A voir aussi : Radon : mesurer et gérer le risque sanitaire

Ces différents cas ou situations sont, soit évités, soit vécus avec un mal intense ou encore la peur d’être sujet à une attaque de panique. Il faut remarquer que l’évolution de ce problème est variable et sujette à la puissance du trouble, mais aussi à sa prise en charge. La plupart du temps, les crises d’agoraphobie baissent ou disparaissent totalement quand on atteint l’âge adulte. Cependant, dans des cas particuliers, elle continue à se manifester et même peut s’aggraver.

Quelles sont les causes de l’agoraphobie ?

Dans la plupart des cas, l’agoraphobie se manifeste suite à une attaque de panique. La plupart du temps, l’attaque se caractérise à travers une terreur intense et accablante suivie de signes physiques comme les étourdissements, l’essoufflement, la transpiration ou encore les palpitations. Ces signes durent une dizaine de minutes environ.

A lire aussi : Les experts en obésité peuvent vraiment vous aider

En dépit du fait que les attaques de panique soient imprévisibles, le sujet atteint peut apprendre à éviter les milieux, les situations qui ont tendance à déclencher sa survenue au risque d’en déclencher une autre. Un autre profil peut tout bonnement être mal à l’aise dans des cas d’agoraphobie sans subir une attaque de panique ou encore éprouver une pareille attaque.

Agoraphobie : quels sont les symptômes ?

L’agoraphobie peut se révéler invalidante. Sa manifestation peut être plus ou moins intense compte tenu des situations, mais aussi des personnes. En général, elle se présente sous la forme de crises d’angoisse ou encore d’attaque de panique dont la particularité est de paralyser l’individu en quelques minutes. L’agoraphobie peut se manifester à n’importe quel moment ou lieu, même dans des situations qui ne lui sont pas favorables. Lorsqu’on subit une crise d’agoraphobie, on présente au moins 4 symptômes sur les 13 qui se présentent ci-après :

  • Des palpitations ou une accélération du rythme cardiaque ;
  • La transpiration ou une bouffée de chaleur ;
  • Des engourdissements ou des picotements ;
  • Des tremblements ;
  • Des frissons ;
  • De l’étouffement ou le souffle coupé ;
  • De la douleur thoracique ou abdominale ;
  • De la nausée ;
  • Du vertige ou une sensation d’évanouissement ;
  • La peur de mourir ;
  • La peur d’être fou ;
  • La déréalisation qui se présente comme la perte de contact avec la réalité et l’impression de se retrouver dans un film ;
  • La dépersonnalisation qui se présente comme la perte du contact avec soi et le sentiment de se retrouver dans la réalité.

En dehors des personnes qui affichent des troubles particuliers tels que les asthmatiques, les déficients cardiaques, etc., il faut noter que les crises d’agoraphobie ne sont pas véritablement un danger pour la santé ou encore la vie de l’individu. Toutefois, les sujets victimes d’agoraphobie font une comparaison de ces épisodes à l’impression de mourir. De fait, elles ont peur de faire un malaise et de ne pas être secourues.

Quel traitement pour personne agoraphobe ?

L’agoraphobie est une pathologie qui peut se soigner. En effet, il existe des traitements qui aident les sujets atteints à reprendre le contrôle sur leur vie, de même que sur leurs activités journalières. Il faut remarquer que lorsque la consultation a lieu le plus tôt possible, les chances de voir la personne atteinte se rétablir sont plus grandes.

La plupart des cas, l’agoraphobie se traite par :

  • Une psychothérapie : la TCC (thérapie cognitivo-comportementale)
  • Prise de médicament : antidépresseurs et anxiolytiques.

Santé